Cotonou- Notre patience mise à rude épreuve …

Bientôt 2 semaines que nous sommes à Cotonou au Bénin …

JPEG - 498.7 ko

Arrivée sans encombres après 7h d’attente à l’aéroport de Nairobi (en piteux état car il avait brûlé un mois avant) + transit assez chaotique à Addis Abeba où nous attrapons l’avion à quelques minutes près. Par miracle, les bagages ont suivi …

L’achat de nouvelles motos ne nous prend pas trop de temps. Enfin, façon de parler…
Si les motos ont été trouvées et acheté 2 jours après notre arrivée, il aura tout de même fallu 5h au vendeur pour établir les papiers, factures et autres documents nécessaires à la transaction.

JPEG - 933.4 ko

Et là, patatras, après tant d’efficacité, il nous a fallu redescende sur terre et reprendre la mesure des réalités temporelle en Afrique de l’Ouest. Délai minimum pour obtenir une carte grise au Bénin = 2 semaines.
Ce qui nous laisse le temps d’entamer les démarches pour obtenir les visas auprès des ambassades des pays que nous devons traverser par la suite.
Les procédures dont nous avions pris connaissance avant notre départ semblent avoir quelque peu changé …
Ghana, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal … exigent désormais quantité de papiers pour obtenir les visas « biométriques » dont des lettres d’invitation et autres réservations d’hôtel.
Juste retour des choses quant on connait les difficultés autrement titanesques que rencontrent les africains pour obtenir un visa français !
Cette sédentarité forcée nous laisse donc du temps pour visiter Cotonou et ses environs.

JPEG - 363.6 ko

Nous bénéficions de l’hospitalité de Lova à France Volontaires puis de la famille Koukoui Tossou et des talents de cordon-bleu de la maîtresse de maison qui nous régale des plats issus de la gastronomie béninoise. Un vrai délice …

JPEG - 358.6 ko
JPEG - 505.4 ko

En compagnie de Germaine et de ses filles nous passons quelques jours dans la commune de Kpomasse, visitons Ouidah, l’incontournable et tragique porte du non retour et même, un temple vaudou (le Bénin est le berceau de cette religion) où les divinités ne sont autres que des pythons qu’on nous passe, sans autre cérémonie, autour du cou.

JPEG - 318.2 ko

La frousse passée, c’est assez amusant …

Le pays entier se déplace en 2 roues et nous ne nous sentons jamais seuls sur la route !

JPEG - 253.1 ko

Pour faire le plein, pas de souci. De petits stands alignés tous les 100m le long de la route vendent de l’essence nigériane de contrebande à un tarif défiant toute concurrence.

JPEG - 576.1 ko

Bref, nous nous plaisons bien ici entre chaleur, maquis (gargotes animées à chaque coin de rue) et boubous colorés.
L’envie de reprendre la route se fait tout de même fortement ressentir. D’autant que nous ambitionnons de fêter la Tabaski (Aïd el-Kebir) avec nos amis au Sénégal.
Encore 3 000km et 4 frontières. On y croit !!!

JPEG - 361.7 ko
JPEG - 396.7 ko

18 septembre 2013