Mauritanie

Conceptuellement, il existe 2 types de sociétés en ce qui concerne leur rapport à la connaissance :
-  Les sociétés qui explicitent toute information nécessaire (panneaux d’affichage, fiches de renseignements, personnel d’accueil …)
-  Les sociétés qui n’explicitent rien et au sein desquelles seule l’expérience peut vous sauver et vous indiquer la marche à suivre.
Je vous laisse deviner à laquelle des 2 appartient la « micro société » de la frontière sénégalo-mauritanienne …
Très clairement, Rosso constitue un cas d’école de la 2ème catégorie.
Une fois le bac traversé, c’est en effet le chaos qui règne. Il nous faut pas moins de 2h pour nous acquitter de toutes les formalités d’entrée en Mauritanie.
Sans regret, nous quittons cet enfer et prenons la route pour Nouakchott.

A mesure que nous nous éloignons du fleuve Sénégal, la végétation se raréfie et nous apercevons les premières dunes de sable et quelques troupeaux de dromadaires.

JPEG - 513 ko
JPEG - 333.3 ko

De temps en temps, de petits hameaux constitués de tentes et d’habitats en taule.
Nous qui nous attendions à affronter des températures caniculaires et autres tempêtes de sable, c’est la pluie qui nous accompagne !!
Nous entrons ainsi trempés et grelottant dans la capitale mauritanienne noyée sous les eaux.

JPEG - 311.8 ko

Nous passons 2 jours à Nouakchott chaleureusement accueillis par Manon et sa famille, et logés dans leur super centre équestre.
Nous découvrons cette ville dont la création n’a que 60 ans et qui, par bien des aspects, ressemble à un gros village planté dans le désert où s’alignent villas luxueuses et tentes de bédouins.

L’étape suivante est plus ambitieuse : 500km jusqu’à Nouadhibou (une station service est tout de même installée pile poil au milieu !).

JPEG - 315 ko
JPEG - 362.7 ko

En grande forme au volant de nos motos remises à neuf pour l’occasion, nous mettons à peine 9h pour rallier cette ville de pêcheurs colorée et accueillante.

JPEG - 390 ko
JPEG - 269 ko

L’aspect sécuritaire de la traversée de la Mauritanie nous avait quelque peu préoccupés.
L’axe Nouakchott / Nouadhibou paraît cependant assez « sur » au regard du nombre de barrages militaires plantés sur la route.
Nous croisons même quantité de retraités français – yorkshire en prime – ralliant le Sénégal en camping car pour y passer l’hiver au chaud …

JPEG - 374.7 ko
JPEG - 251.9 ko

9 novembre 2013