1ers jours à Johannesburg

Il n’est guère évident, pour 2 européens (qui plus des français) ayant vécu depuis 7 ans en Afrique (Sénégal et Madagascar, utile de le préciser) de s’adapter au fonctionnement de Johannesburg.
Nous sommes heureusement accueillis et guidés par une famille adorable, ce qui facilite grandement nos 1ers pas en Afrique du Sud.

JPEG1ère règle à respecter : la sécurité.
Notre 1ère tentative de sortir seuls de la maison s’est ainsi soldé par un échec.
Pour n’avoir pas respecté le délai maximum autorisé pour sortir et fermer la porte (20 secondes), l’alarme a retenti dans tout le quartier, à notre grande panique !!
S’en est suivi la visite d’un homme aux allures de Robocop venu vérifier si nous n’étions pas de dangereux cambrioleurs.. !!
Bref, on a été + rapide la 2ème fois …

L’étape « sortir de la forteresse » étant franchie, nous nous sommes lancés à la découverte des environs.
L’impression qui se dégage est que les gens (ce qui peuvent se le permettre) consacrent beaucoup d’efforts et vraisemblablement d’argent à se créer un cadre domestique douillet, fonctionnel et confortable.
Fort est de constater que la même énergie n’est pas employée pour les espaces « publics » ou du moins, extérieurs.
Les zones résidentielles (maisons identiques, plus ou moins imposantes selon le quartier et souvent ultra sécurisée) se succèdent aux zones commerciales (et leurs inévitables « malls »* monumentaux) le long de routes bien larges.
On est loin des routes pavées, étroites et encombrées de Tana !!!
Il n’est pas étonnant que nous soyons les seuls « vahaza »** à nous déplacer à pied.

JPEGEtonnant également cette façon que, la plupart des personnes que nous avons rencontré jusqu’ici, ont de présenter la ville : quartiers noirs / blancs, nigériens / congolais, riches / pauvres, juifs / musulmans.
Les choses ici sont bien rangées, les gens également …

* : Centre commercial
** : « Blanc / Etranger » à Madagascar

10 juin 2013